Per citar aquest document: http://ddd.uab.cat/record/118810
Tres conjuntos cerámicos del final de la república y del alto imperio hallados en Can Muntanyans, Palma (Mallorca)
López Mullor, Albert (Barcelona (Catalunya : Província). Diputació Provincial. Servei de Patrimoni Arquitectònic)
Estarellas, María Magdalena
Merino, Josep (Estudis de Patrimoni (Palma de Mallorca, Balears))

Data: 2008
Resum: En 1998, contre la cathédrale de Palma, la capitale de l'île de Majorque, un ancien bâtiment, nommé Can Muntanyans, a été restauré afin de devenir la nouvelle résidence des chanoines. Étant donné que le centre historique de la ville actuelle se trouve au-dessus des vestiges de la Palma romaine, fondée après la conquête du 123 av. J. -C. , le Consell Insular de Mallorca, organisme compétent dans le domaine de l'archéologie, a réalisé une fouille dans le sous-sol de Can Muntanys, avant que les travaux ne soient commencés. Cette recherche a permis, pratiquement pour la première fois dans cette ville, d’obtenir une stratification archéologique complète et illustrative, depuis l’époque romaine républicaine tardive jusqu’à nos jours. Dans cette communication, nous avons étudié la céramique des couches les plus anciennes mises au jour à Can Muntanyans, inédites jusqu’à présent. Elles appartiennent à trois horizons chronologiques parfaitement différenciés entre lesquels il y a de brefs hiatus. D’abord, on a trouvé un en semble daté au tour du milieu du Ier siècle av. J. -C. , où le fossile directeur est la céramique à vernis noir, avec quelques formes de campanienne A tardive et de campanienne B typique, mais aussi des fragments de lampes Ricci G. En outre, les parois fines sont italiques ou ébusitaines; certaines amphores sont italiques, d'autres d’Ibiza, tandis qu'un seul tesson se rapporte à une Dr. 7-11 bétique et un autre à son imitation ébusitaine, PE 41. Le deuxième horizon peut être daté de la fin de la période tibérienne, le matériel le plus significatif étant la sigillée italique et les parois fines dont, à l'époque, le nombre de types s'est fortement développé au bénéfice des vases d'Ibiza ; apparaissent aussi des lampes significatives et des amphores de Tarraconaise, toujours accompagnées de céramiques communes ébusitaines à pâte claire et de céramiques italique de cuisine. Dans le dernier horizon, du début de l'époque flavienne, est présente la sigillée du sud de la Gaule avec, par exemple, le type Drag. 37 qui nous place dans les années 60. Il faut remarquer aussi la présence de parois fines bétiques à côté des italiques et des ébusitaines, ainsi que quelques fragments de céramique commune africaine et d’amphores PE 25, inspirées des Dr. 2-4 tarraconaises.
Drets: Tots els drets reservats
Llengua: Castellà
Document: article ; recerca ; publishedVersion
Publicat a: Actes du Congrès de la Société française d'étude de la céramique antique en Gaule (2008 : L'Escala-Empúries), Décembre 2008, p. 129-152



24 p, 2.7 MB

El registre apareix a les col·leccions:
Articles > Articles de recerca
Articles > Articles publicats

 Registre creat el 2014-06-19, darrera modificació el 2016-06-04



   Favorit i Compartir