Per citar aquest document: http://ddd.uab.cat/record/149331
Le travail en cours d’études, une forme spontanée d’alternance?
Planas, Jordi, 1950- (Universitat Autònoma de Barcelona. Grup de Recerca Educació i Treball)
Figueroa, Mijail (Universitat Autònoma de Barcelona. Departament de Sociologia)

Data: 2015
Resum: Dans notre système universitaire actuel, on considère que “l’étudiant idéal” est celui qui consacre tout son temps à étudier ; le travail pendant les études ayant été peu à peu considéré comme une perte de temps préjudiciable à la formation universitaire. S'inscrivant dans une perspective différente, cette présentation part du principe que le travail durant les études universitaires peut représenter un système d’alternance spontanée du fait que, comme nous le montrerons par la suite, la majeure partie des étudiants qui travaillent le font dans un contexte professionnel qui est en relation avec leurs études. Les raisons de l'exercice d'une activité salariée sont néanmoins diverses, et on peut penser que les difficultés économiques des étudiants peuvent au moins partiellement motiver les étudiants à avoir un revenu. Cependant, ce cumul emploi-étude implique également, comme dans tout système d’alternance institutionnalisé, que les compétences acquises par l’étudiant proviennent de l’interaction entre ces deux types d’activités qui sont simultanées et complémentaires : étudier et travailler. Ainsi, il pourra remplir les deux exigences qui caractérisent la formation en alternance : relier la formation théorique à la pratique professionnelle et renforcer son employabilité. A cet effet, nous analyserons les différentes formes de conciliation entre études universitaires et travail, ainsi que leur rapport avec les résultats de l’insertion professionnelle post-études universitaires (Indice de qualité professionnelle) en Catalogne durant ces dix dernières années, grâce aux données de quatre enquêtes de suivi réalisées auprès de diplômés de l’Éducation supérieure, quatre ans après qu’ils aient terminé leurs études. Nous avons remarqué une augmentation du pourcentage d’étudiants qui, en parallèle à leurs études, travaillent pour la plupart à temps partiel dans un domaine lié à celles-ci, ce qui peut les rapprocher davantage des systèmes d’alternance institutionnalisés. Les insertions professionnelles les mieux réussies qui ressortent de ces enquêtes, sont celles des diplômés qui ont concilié leurs études avec un travail en rapport avec leur cursus universitaire. Ces étudiants en sont ressortis largement bénéficiaires par rapport au modèle d’ « étudiant idéal » qui n’a fait qu’étudier durant son parcours universitaire. Les données utilisées proviennent d’enquêtes sur l’insertion professionnelle menées par l’Agence pour la Qualité du Système Universitaire de Catalogne, AQU Catalunya.
Nota: Ponència presentada a les XXIIes journées d’étude sur les données longitudinal "Alternance et professionnalisation : des atouts pour les parcours des jeunes et les carrières?" celebrades a Lille el desembre de 2015
Drets: Tots els drets reservats
Llengua: Francès
Document: article ; publishedVersion
Matèria: Joves ; Treball ; Estudiants universitaris
Publicat a: Relief, Núm. 50 (2015) , p. 153-165, ISSN 1763-6213

Adreça alternativa: http://www.cereq.fr/content/download/15853/127726/file/Relief50.pdf


13 p, 302.2 KB

El registre apareix a les col·leccions:
Documents de recerca > Documents dels grups de recerca de la UAB > Centres i grups de recerca (producció científica) > Ciències Socials i Jurídiques > Grup de Recerca Educació i Treball (GRET)
Articles > Articles publicats

 Registre creat el 2016-04-21, darrera modificació el 2016-06-09



   Favorit i Compartir